Faire l’amour quand on est homosexuel

Les séries, les films et les médias contribuent de plus en plus à donner de la visibilité à quelque chose d’aussi commun que l’amour entre personnes du même sexe. Ils permettent de savoir en de nombreuses occasions quelles sont les pratiques sexuelles homosexuelles les plus courantes.

Et fort heureusement, l’homosexualité est maintenant considérée comme tout à fait normale dans une grande partie du monde. Pour aider la cause, on va parler de certaines des pratiques sexuelles homosexuelles les plus courantes.

 

Le sexe gay : vers les zones érogènes !

Contrairement aux idées reçues, les pratiques homosexuelles ne sont pas si différentes des pratiques hétérosexuelles. Le rapport sexuel des couples homosexuels privilégie les caresses et la stimulation mutuelle. En effet, la relation sexuelle dans son ensemble ne constitue pas le cœur de la relation. L’excellente connaissance du corps du partenaire et de ses zones érogènes peut permettre des caresses douces et sensuelles. Celles-ci ne sont pas toujours aussi intenses dans les couples hétérosexuels.

En fait, la fellation est l’un des préliminaires des célébrités. Elle est beaucoup plus fréquente dans les pratiques sexuelles gaies que dans les pratiques hétérosexuelles. De plus, ils connaissent leur propre corps. Ils savent donc plus facilement sur quels boutons appuyer pour allumer leur partenaire ! Par exemple, les mamelons, les aisselles, les testicules ou l’aine constituent des zones habituellement beaucoup plus sollicitées dans les relations homosexuelles.

La pénétration

Le sexe anal représente pour l’homosexualité ce que les rapports vaginaux représentent pour les relations hétérosexuelles. L’anus se révèle plus étroit et moins bien préparé biologiquement à la pénétration que le vagin. Ainsi, le pénis doit être inséré après une parfaite dilatation de la zone. Cela se fait principalement par la salive ou du lubrifiant et l’introduction progressive d’un ou deux doigts. L’excitation est également un facteur clé pour que la zone se dilate naturellement.

Une fois que l’anus parvient à se dilater, la pénétration peut se faire de différentes manières. En fonction de la taille du pénis, différentes positions peuvent convenir. Pour les petites verges, il vaut mieux rechercher des positions où les jambes restent plus ouvertes et facilitent l’entrée du membre. Quant aux plus gros, les positions les plus recommandées sont celles où il y a plus de contact physique entre les deux.

En tout cas, quelle que soit la taille, il y a des anus qui se dilatent plus et d’autres moins. Il est donc préférable d’essayer ce qui est le plus agréable dans chaque cas.

 

La masturbation et l’annulingus

Le sexe oral est souvent accompagné de masturbation. Ce qui augmente encore plus l’excitation lors de la fellation. La vérité est que la masturbation est une autre des pratiques les plus courantes chez les homosexuels pour des raisons évidentes. L’un peut se masturber devant l’autre pendant qu’ils s’embrassent, ou pendant que l’un d’eux fait l’annulingus à l’autre.

Bien qu’il ait été un sujet tabou au fil des ans, l’annulingus est l’un des préliminaires les plus pratiqués. Cette technique se révèle très agréable si vous la pratiquez bien et, bien sûr, avec une hygiène totale.

De plus, pour les relations homosexuelles et hétérosexuelles, c’est un grand dilatateur de la zone anale, parfait avant de pratiquer la pénétration. Au fait, pour se dilater et pour profiter à bien d’autres niveaux, certains des meilleurs sex toys sont sûrs d’aider.

En tout cas, pour pratiquer du sexe homosexuel à deux, vous aurez besoin d’un bon site de rencontre gay

Articles récents
améliorer libido
Comment booster sa libido : le guide

Ce n’est un secret pour personne : une vie sexuelle saine peut être une source majeure de plaisir et de satisfaction. C’est aussi un moyen

Les meilleures appli de rencontre gay en 2022

Si vous cherchez l’amour dans le monde actuel, les options ne manquent pas pour les célibataires homosexuels. Des applications dédiées aux sites de rencontres généralistes,